LE LYCÉE PROFESSIONNEL MARC GODRIE DÉVELOPPE SON DISPOSITIF DE PRÉVENTION DU HARCÈLEMENT





Depuis mai 2018, sept élèves et 5 adultes composent le dispositif Sentinelles et Référents, groupe de prévention du harcèlement . Cette année deux membres de ce groupe Sophie Brouard ; assistante sociale et Nadine Ahmed ; conseillère principale d’éducation ont bénéficié de la formation d’équipes ressources mise en place dans l’académie grâce au partenariat avec la région, l’Agence Régionale de Santé et la Maif.. Cette formation leur a permis de former à leur tour durant quatre journée un nouveau groupe composé de 9 élèves sentinelles et de 5 enseignants référents au sein de l’établissement. Ce dispositif qui associe élèves et personnel est un dispositif de prévention du harcèlement en milieu scolaire . Celui ci se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique.

Dans les établissements scolaires, 10 % des élèves sont harcelés, 10 % sont harceleurs et 80 % sont témoins passifs..
« Un jeune par jour se suicide, victime de harcèlement »,

L’objectif de ce dispositif est de former chaque année de nouvelles sentinelles et de nouveaux référent afin que la bienveillance et la solidarité permettent de prévenir et guérir du harcèlement . Un appel aux volontaires a été lancé en direction de tout le personnel de l’établissement, quatre enseignants et une conseillère principale d’éducation ont répondu à l’appel. Les élèves ont été sensibilisées au rôle de sentinelle pendant la journée « Je dis non au harcèlement » organisée par la casse de TASSP et les enseignants : Mmes Duranceau, Boudin Clenet ; Maillard et Ahmed. Nombreux ont été les élèves volontaires, ils ont pu présenter leurs motivations à un jury composé de quatre sentinelles et d’un adulte référent pour retenir au final neuf élèves qui ont bénéficié avec les adultes de la formation.

La formation a permis de sensibiliser les élèves et personnels au fait que le harcèlement qui touche des élèves à une période de leur vie où ils sont vulnérables n’existerait pas sans la participation plus ou moins active d’une majorité de personnes dites normopathes ; c’est à elles que s’adressent les sentinelles et référents pour leur faire prendre conscience que l’on ne peut pas rester sans réagir face à un tel phénomène. De même les acteurs de prévention s’adressent au bouc émissaire victime pour qu’il reprenne confiance en lui et ne soit plus isolé. Les sentinelles ne s’occupent pas du harceleur, ce sont les référents qui entreront en relation avec lui pour lui faire prendre conscience et potentiellement demander pardon.

Au terme de cette formation, l’établissement se voit doté d’un dispositif fort de 16 élèves sentinelles et de 10 adultes référents qui vont œuvrer dès maintenant pour faire reculer le harcèlement dans l’établissement. Le travail fourni pendant quatre jours a été présenté aux délégués élèves, aux représentants des parents d’élèves et aux collègues.